Le démantèlement du monde

President-elect Jair Bolsonaro waves at a ceremony to celebrate the 30th anniversary of Brazil‚Äôs constitution at the National Congress, in Brasilia, Brazil, Tuesday, Nov. 6, 2018. Bolsonaro is insisting on his respect for the country’s constitution, implicitly responding to fears his administration might roll back civil rights. (AP Photo/Eraldo Peres)

Et ici, ce qui choque probablement davantage est que les Brésiliens semblent avoir renoncé à la démocratie par la… démocratie. Il aurait été probablement préférable, façon de parler, que Bolsonaro prenne le pouvoir par les armes. Cela aurait été moins triste, il me semble, que la conclusion actuelle: l’électorat a choisi, en toute connaissance de cause, de faire confiance à un facho.

Autre chose. Vous pensez vraiment qu’il ne sera pas trop tard pour, un jour, ramener le truc au centre? Revaloriser la démocratie? Vous en connaissez beaucoup, vous, des régimes autoritaires qui laissent aller le pouvoir dans l’amour et l’allégresse?

Ce contenu a été mis à jour le 30 décembre 2018 à 17 h 00 min.