La majorité n’a pas toujours raison

Parce que si on écoutait une majorité de Canadiens, la peine de mort serait de retour depuis longtemps. Parce que la légalisation de l’avortement, n’eut été de décisions de la Cour suprême, aurait également attendu une mèche. Idem pour les mariages entre conjoints de même sexe. S’en remettre conséquemment à l’humeur collective afin de déterminer les droits d’autrui? Pense pas. Notamment parce que quiconque appuie la violation des libertés civiles en connaît le début, mais rarement la fin.

Ce contenu a été mis à jour le 30 décembre 2018 à 16 h 40 min.